•  

     

    De ma bouche, elle approche
    Ses lèvres humides des fraises des bois;
    Rit, et me touche,
    Partout à la fois,
    De ses milliers de petits doigts.
    Sur des tapis de fleurs sonores,
    De l'aurore jusqu'au soir,
    Et du soir jusqu'à l'aurore,
    Elle pleut et pleut encore,
    Autant qu'elle peut pleuvoir.
    Puis, vient le soleil qui essuie,
    De ses cheveux d'or,
    Les pieds de la Pluie.

     

     

     


    26 commentaires
  •  

     

     

    Je prends mes peines à tes peines,
    Et mon ciel au ciel de tes veines ;

    Unir la source à l’eau
    Et le son à l’écho
    Ou joindre deux rivages
    - Sans pont matériel –
    Semblables mariages :
    Ciel noyé dans du ciel,
    Reflet d’un corps à corps palpable comme une âme

     

     


    26 commentaires
  •    

     

     

     

     

    Voyageur, le chemin
    C'est les traces de tes pas
    C'est tout; voyageur,
    il n'y a pas de chemin,
    Le chemin se fait en marchant
    Le chemin se fait en marchant
    Et quand tu regardes en arrière
    Tu vois le sentier que jamais
    Tu ne dois à nouveau fouler
    Voyageur! Il n'y a pas de chemins
    Rien que des sillages sur la mer.

    Tout passe et tout demeure
    Mais notre affaire est de passer
    De passer en traçant
    Des chemins
    Des chemins sur la mer


    15 commentaires
  •  

     

    Nous serons là
    Avec l'essentiel accompli de nos forces
    Pour saisir le temps,
    Avec l'écume dressée de la mer
    Nous serons là
    Pour saisir les récifs les plus lointains
    Portés comme un corps
    Un seul corps constant
    Nous serons là
    Avec la parole parée de soleils.l
    Comme un grand poème écrit
    Sur la voûte éparse de nos villes

     


    20 commentaires